La Fête nationale espagnole
per Víctor Alexandre   
dimarts, 19 juny 2007
La Fête nationale espagnoleAvec la célébration d'une nouvelle corrida dans la place Monumentale, le 17 juin dernier, Barcelone a été la scène d'un spectacle pathétique et inadmissible ; spécialement en raison de l'hypocrisie politique qui suppose se déclarer ville anti taurine en 2004 et organiser des courses de taureaux en 2007. On dira que d'une part il y a la déclaration officielle faite par la Mairie et d'autre part la législation de la Generalitat. C'est certain. Mais il y a aussi que les deux institutions sont gouvernées par le même parti, le Parti Socialiste (PSC), un parti qui, ne fait pas beaucoup, il a eu un affrontement avec Esquerra Républicana (ERC) dans le gouvernement municipal à ce sujet. Et il se trouve que le PSC est le garant de la nation catalane de la légende nationale espagnole, y compris de la plus exécrable : la Fête nationale. L'hypocrisie, par conséquent, consiste à avoir une loi approuvée par le Parlement – La Loi de Défense des Animaux- et permettre, à la fois, la célébration des spectacles dans lesquels les animaux sont torturés jusqu'à ce que mort s'ensuive. L'hypocrisie consiste à avoir les pleins pouvoirs pour interdire la torture et à ne pas les exercer. L'hypocrisie consiste à faire un rédigé qui parle de protéger les animaux et, à la fois, sachant que la Légende date de 1913, admettre en petites lettres qu'ils pourront être torturés dans des places construites avant 1988.

Le tourment d'être un être vivant ne doit jamais être un spectacle plaisant pour une quelconque collectivité humaine qui se considère évoluée. Pour cela il n'y a aucun sens à ce que les défenseurs de la Fête essayent de discréditer le reste du monde en argumentant qu'on ne peut pas être à la fois anti taurin et mangeur de viande. Cela n'a aucun sens parce que –s'il est sûr que les végétariens démontrent être beaucoup plus conséquents avec leurs principes- ce n'est pas la même chose de se nourrir et de torturer. En partie, il est clair, que quelqu'un nourrit son esprit avec la torture ou considère que la nourriture n'est pas suffisamment nourrissante sans la souffrance préalable de celui qui est mangé. Aussi il attire l'attention de ceux qui considèrent les corridas de taureaux comme de l'art – c'est ainsi qu'ils justifient le plaisir visuel qu'ils éprouvent avec la souffrance qui leur est étrangère -, ils parlent toujours de lutte noble et juste entre l'homme et la bête. Ils ignorent, sûrement, que la bête dont ils parlent a le cerveau d'un canari et que, par conséquent, il est ridicule de présumer être plus intelligent qu'un taureau. En tout cas, nous parlons de la même noblesse et de la même justice qu'il y a dans la lutte entre une personne normale et un déficient mental. L'Espagne devrait se faire surveiller, franchement. Il est assez pathétique d'avoir comme Fête nationale le paradigme de la lâcheté.

El Singular Digital , 19/6/2007 (català)
Racó Català , 21/6/2007 (català)
eurotribune.eu , 20/8/2007 (català, español, français)